Thématiques

Développement économique

Rechercher
dans le site

Délégations régionales AdCF : une rencontre à Pontivy sur la revitalisation industrielle

Le programme de rencontres des délégations régionales de l’AdCF consacrées au développement industriel et au renouveau productif s’est poursuivi le 29 mars, à Pontivy, par une 9ème étape bretonne. Réunis dans les locaux de l’IUT, élus et cadres intercommunaux, vice-président de la région, acteurs économiques et industriels, directeur régional de la Banque des territoires ont débattu des leviers à actionner et des initiatives à développer dans la région au service du développement économique productif. Entre maillage territorial, coordination des acteurs, formations, valorisation de l’image de l’industrie… les thèmes de débats n’ont pas manqué. Retour sur cette matinée d’échanges.

Région et intercommunalités coordonnées pour le maillage territorial de l’économie bretonne

Après l’accueil de la matinée par Christine Le Strat, présidente de la communauté de Pontivy et Sébastien Miossec, président de la communauté d’agglomération de Quimperlé, administrateur de l’AdCF, ont été présentées par l’AdCF les cartes des dynamiques socio-économiques des intercommunalités bretonnes depuis 2008 ainsi que les premières synthèses du cycle de rencontres régionales de l’AdCF sur le thème « industrie et territoires ».

Introduisant la première table ronde, Martin Mayrier, vice-président au développement économique de la région Bretagne a rappelé la relation privilégiée de la Région Bretagne avec ses intercommunalités, traduite grâce à une contractualisation entre la Région et chacune des 59 communautés et métropoles bretonnes, dans l’esprit de la loi NOTRe.

En tant que chef de file du développement économique, la Région souhaite développer un « service public d’accompagnement des entreprises (…) afin que l’accompagnement quotidien soit le plus efficace possible ». Au passage d’une crise du carnet de commande à une crise du recrutement ces dernières années, elle a ainsi lancé un programme de soutien aux industriels, Breizh Fab qui accompagne près de 500 entreprises industrielles à l’échelle du territoire breton. Un autre pan de ce soutien, qui a par ailleurs été mis en exergue par le programme Territoires d’industrie, est celui du soutien aux acteurs locaux, sur une multitude de sujets : la GPECT, l’attractivité, le « clustering », … Mais derrière l’enjeu du soutien productif en Bretagne, c’est le soin apporté au maillage territorial qui marque en priorité les politiques régionales. D’où le point de désaccord initial avec le dispositif gouvernemental qui est apparu, selon Martin Meyrier, trop sélectif et tendait à exclure des territoires dont la caractéristique industrielle était indéniable. L’écueil a depuis été corrigé par une redéfinition plus large des territoires d’industrie bretons.

L’enjeu du maillage territorial breton a été évoqué à plusieurs reprises au cours de la réunion par les élus. Pour Pierre Méhaignerie, président de Vitré communauté, qui a proposé un comparatif avec la Vendée, dont les taux de chômage sont peu élevés et qui bénéficie d’une économie dynamique dans des espaces relativement ruraux, « la force du Grand Ouest est un réseau de villes moyennes et de petites villes qui travaillent ensemble et favorisent les échangent et le dialogue entre et avec les écosystèmes économiques du territoire ». Chantal Deschamps, directrice du cluster Brit’innov a quant à elle illustré ce maillage par les collaborations mises en place dans son cluster, fortement ancré dans l’identité bretonne et les atouts de la région. Cette collaboration étroite permet aujourd’hui de répondre aux nouveaux besoins des consommateurs. Elle permet une vraie agilité, et accentue les enjeux de responsabilité environnementale et territoriale.

D’autres élus ont souligné les problèmes de mobilité des actifs en Bretagne, notamment dans les bassins plus ruraux, qui sont un véritable défi pour conforter ce maillage territorial. Le sujet sera de fait abordé par la délégation régionale de l’AdCF, lors d’une prochaine rencontre régionale le 14 juin à Dinan.

 

Attractivité et animation : l’intercommunalité au cœur des besoins des entreprises

Autre chef d’entreprise, employé par une entreprise danoise, mais aussi élu local, Jean-Philippe Pichard a mis l’accent sur l’attractivité du territoire, essentielle pour les entreprises, qui repose prioritairement sur les collectivités. Les élus doivent être à ses yeux « de vrais ambassadeurs, des VRP de leur territoire ». Si en France, « le travail coûte cher », il est néanmoins possible d’amener de la valeur ajoutée : les services, le numérique, l’innovation, la qualité. Par exemple « En agro-alimentaire, la vague du bon, du bio et du local est un atout à jouer pour la Bretagne ». De petites actions ont parfois de grands effets. Par exemple, une vidéo de quelques minutes sur la qualité de vie à Pontivy l’a récemment aidé à recruter un directeur commercial venu de Paris, qui s’installera bientôt à Pontivy. Les participants ont aussi souligné l’importance de l’accompagnement des conjoints, qui facilitent l’installation des salariés qualifiés et leur mobilité. A ce sujet, des initiatives prometteuses voient le jour, comme la plateforme www.jobconjoints.bzh dédiée à la recherche d’emploi pour les conjoints de nouveaux salariés en Morbihan et dans le Pays de Vannes.

Christine Le Strat, présidente de Pontivy communauté, a précisé que les intercommunalités étaient il y a quelques années surtout des collectivités « aménageuses » mais sont devenues également des animatrices de l’éco-système local. Auprès des acteurs économiques, Pontivy communauté organise des visites d’entreprises, des matinales de l’économie qui permettent d’ouvrir les débats entre acteurs publics et privés mais aussi de créer des réseaux. A Pontivy, une autre manifestation annuelle, Fédé’réseaux, permet de regrouper presque 300 entreprises des territoires pour développer les liens. Cette animation économique a l’autre intérêt d’identifier le rôle de la communauté de communes et de la rendre plus lisible sur le territoire.

Le président de Vitré Communauté, Pierre Méhaignerie, a appuyé cet argument du contact permanent entre les industries et les collectivités. L’enjeu est pour lui « très délicat » car un territoire se doit d’être à l’écoute constante du besoin de ses entreprises. Il cite pour exemple des entreprises qui n’ont pas pu trouver des recrutements du fait d’un défaut de compétences disponibles sur le bassin économique de Vitré-Fougères.

 

« Donner envie » et redorer l’image de l’industrie auprès des jeunes

A ce sujet, les élus et les industriels ont pointé, comme dans la plupart des régions, le déficit d’image dont peuvent souffrir les carrières dans l’industrie auprès des jeunes, et les difficultés de recrutement qui en découlent.  Pour Pierre Méhaignerie, la revalorisation de ces métiers passe par des actions des jeunes eux-mêmes. Vitré communauté a ainsi monté une exposition « Les jeunes dans l’industrie, écoutez-les » afin de montrer la considération qu’on porte aux jeunes, mais aussi pour démontrer qu’un salaire de jeune industriel n’a pas beaucoup à envier aux métiers du tertiaire. Jean-Philippe Pichard a invité les élus à travailler avec les collèges, les lycées… Son entreprise organise des petits déjeuners avec les élèves du secteur pour leur montrer ce qu’elle fait : « c’est une façon de présenter nos métiers et de s’assurer que les jeunes pourront s’intéresser ensuite à nous ».

C’est aussi par l’expérience que peut se développer le gout de l’industrie. A Pontivy, la collectivité a créé une coopérative jeunesse service, en lien avec l’ESS. Pendant un été, ils apprennent à construire une entreprise, et à occuper un emploi. Cela a été une vraie réussite avec la première quinzaine de jeunes. Ce fut pour certains la confirmation de leur projet professionnel.

Pour Mathieu Peraud, Délégué général de l’UIMM Bretagne considère que « dans les territoires marqués par une forte densité industrielle, il faut mettre le paquet sur l’image ». Tous les métiers de l’industrie et des services associés sont en tension selon lui. « Ce ne sont pas seulement ceux de la production, c’est aussi ceux du service, de la maintenance, de l’innovation, qui représentent 70% des emplois à pourvoir. Or, on sait aujourd’hui que ce sont avant tout les conditions de travail et l’environnement qui sont les enjeux les plus importants pour les jeunes ». (voir dernier baromètre sur l’image de l’industrie  chez les jeunes).

 

Coordonner les acteurs de la formation, de l’innovation, de l’industrie et du conseil

Pour le Délégué régional de l’UIMM, il est opportun de se concentrer sur trois piliers : l’attractivité bretonne, l’acculturation industrielle (car le monde industriel est assez en retard sur la « marque employeur »), et enfin la liaison des acteurs de la formation, de l’innovation, de l’industrie et du conseil. Il est prioritaire de proposer une offre plus intégrée sur ces piliers.

Pontivy communauté a travaillé à cette intégration, grâce à la présence d’un pôle universitaire, rattaché à l’université Bretagne Sud, de 1000 étudiants environ. La collectivité a ainsi mis en place un comité stratégique de l’IUT qui regroupe des associations d’entreprises, des chercheurs... afin de planifier les besoins en formation et recrutement du bassin économique. Une plateforme technologique est également mise à disposition des entreprises lorsqu’elles n’ont pas tout à fait les moyens de leur innovation. La communauté a enfin le projet de développer au sein de l’école agricole une pépinière d’entreprise spécialisée dans l’agro-alimentaire.

Olivier Gaudin, directeur adjoint à la formation de la Région Bretagne, a détaillé le dispositif des « référents territoriaux emploi/formation » déployés au sein des territoires, afin de recenser les besoins de recrutement. Il est important pour le conseil régional de pouvoir établir une offre de formation personnalisée au plus près des entreprises. Pour Mathieu Peraud, les territoires ont effectivement besoin de pouvoir développer les formations, mais il met en garde : « attention au saupoudrage ». Il faut selon lui spécifier des filières de formation qui donnent du sens sur les territoires et permettent de l’associer. Pour autant, valoriser ces filières ne veut pas dire qu’on ne s’occupe pas du reste.

Cette nouvelle étape du cycle « renouveau productif des territoires » a largement confirmé les progrès constatés un peu partout en France dans les collaborations entre les acteurs : rapprochements régions-intercommunalités, élus/chefs d’entreprises, instituts de formation, organismes financeurs (Banque des territoires). Les questions industrielles passionnent nombre d’acteurs territoriaux.

 

Contact : Cécile Lacoste – c.lacoste@adcf.asso.fr

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger