Thématiques

Numérique et communication

Rechercher
dans le site

Représenter l'intercommunalité. Enjeux et pratiques de la communication des communautés.

Avec sa dernière étude « Représenter l’intercommunalité. Enjeux et pratiques de la communication des communautés », l’AdCF a souhaité explorer en profondeur la question de l’identification des communautés, de leurs représentations, du déficit d’image. L’analyse prend en compte les spécificités de la communication intercommunale et s’appuie sur des enquêtes, des témoignages d’élus, de communicants de communautés de communes et d’agglomération. Mise en récit des agglomérations, démarches participatives, nouvelles formes de communication sur les services, communication sur le projet de territoire sont autant de moyens permettant de construire des ponts entre l’institution intercommunale, les politiques qu’elle pilote, ses réalisations et le territoire sur lequel ses compétences s’exercent, qui est souvent celui de la vie des résidents et du développement des entreprises. Réservée aux adhérents de l’AdCF, cette publication interroge les modes et stratégies de communication des communautés à l’approche des élections du printemps 2014.

S’intéresser aujourd’hui à la communication intercommunale pose clairement la question de l’avenir des communautés, de la nature de l’intercommunalité et de ses évolutions dans les prochaines années. Aujourd’hui, l’intercommunalité est plus qu’une somme de services à la population. Elle repose sur la construction d’un projet pour un territoire, répondant à une vision partagée, qui donne sens à la coopération entre les communes qui la composent. Alors que les champs de la coopération intercommunale se sont élargis, que les services se sont multipliés et répondent à des enjeux économiques et sociaux forts, la question de la lisibilité de l’action communautaire auprès des habitants se pose avec d’autant plus d’acuité. Quelle est la place du citoyen de l’intercommunalité ? Comment faire en sorte que celui-ci ne soit pas simplement un consommateur de services mais bien un acteur du projet de territoire ? Comment construire la démocratie à l’échelle intercommunale ?
 
2014 sera une année riche en défis pour l’intercommunalité. Avec l’achèvement de la carte intercommunale, mais surtout avec l’élection au suffrage universel direct des délégués communautaires, se pose la question des formes de la démocratie locale à l’échelle du bassin de vie, de la reconnaissance de l’intercommunalité et de ses élus, de la perception de ceux-ci par des habitants qui, en plus d’être usagers des services communautaires, sont désormais des électeurs. Si la communication entreprise par les communautés invite souvent à penser les moyens de l’appropriation de l’intercommunalité par les bénéficiaires de son action, les différentes formes revêtues par cette communication permettent également d’apporter un éclairage sur les enjeux de légitimation et de construction du pouvoir communautaire, ainsi que sur la capacité des communautés à porter des politiques publiques et à élaborer un projet présidant à la destinée de leurs territoires.

Tirant les leçons de 2008 et d’une campagne municipale ayant très largement « euphémisé » le fait intercommunal (1), dans un contexte marqué à la fois par la généralisation des communautés et les impératifs de modernisation de l’action publique, la question de la représentation des intercommunalités doit être réactualisée. Il s’agit de se demander comment le message de l’intercommunalité sera porté à l’avenir, par les candidats de 2014, par les communautés elles-mêmes, pour que celles-ci s’imposent désormais dans l’imaginaire politique et administratif des Français. Par-delà l’identification de l’intercommunalité, l’enjeu pourrait être d’encourager, d’accompagner l’émergence d’une véritable identité politique communautaire.

L’étude « Représenter l’intercommunalité. Enjeux et pratiques de la communication des communautés » s’inscrit dans la continuité de la troisième édition du baromètre de la communication intercommunale, réalisée par l’AdCF et Epiceum en décembre 2012 auprès de 265 communautés. Elle en reprend et précise certains résultats relatifs à la place de la fonction communication dans les communautés ainsi qu’aux objets de la communication intercommunale. Ces premiers résultats quantitatifs ont été complétés par un examen systématique de sites internet et de bulletins communautaires. Ainsi, 156 sites de communauté ont fait l’objet d’un traitement statistique à partir du contenu de la page d’accueil, de l’organisation des différentes rubriques, des modes de présentation de la communauté, de son fonctionnement politique, de ses interventions. De la même manière, 65 magazines communautaires ont été examinés, en accordant une attention particulière à la place donnée aux élus communautaires, aux témoignages des habitants et des acteurs du territoire, aux communes composant la communauté, en plus de l’organisation des différentes rubriques. Sur la base de ces repérages, une quinzaine de communautés ont été identifiées. Leurs pratiques en matière de communication ont fait l’objet d’entretiens approfondis réalisés auprès des directeurs de la communication ou des personnes chargées de la communication autour de compétences spécifiques.

Ces derniers ont été interrogés sur la manière dont ils analysaient la perception de l’intercommunalité, sur leur conception de la communication intercommunale ainsi que sur les actions de communication mises en œuvre dans leur territoire. Leurs témoignages ont ensuite été mis en perspective par des entretiens réalisés auprès de présidents de communauté. Enfin, des éclairages thématiques ont été demandés à des chercheurs en science politique et des experts en communication publique.


(1) Voir : L'intercommunalité en campagne. Rhétoriques et usages de la thématique intercommunale dans les élections municipales de 2008

Voir également le dossier du numéro 182 d’Intercommunalités, d’octobre 2013 
 
 
 
Coordination éditoriale : Sandrine Guirado, responsable Communication, relations presse et publiques, AdCF
 
Rédaction : Marie Aboulker, chargée d'études, Master Stratégies territoriales et urbaines de Sciences Po Paris.


Contact AdCF : s.guirado@adcf.asso.fr

Partager